Freedom HKG
Libérez Hong Kong : en solidarité avec Hong Kong jusqu'à l'aube
Accueil
Lettre ouverte
landing

Qu'est ce qui se passe à Hong Kong ?

Hong Kong est une ville de 7,4 millions de personnes. Le 9 juin, 1 million d'entre eux se trouvent dans la rue, suivi par un rassemblement le 12 juin. Au cours du rassemblement, des manifestants pacifiques sont attaqués par la police avec des violences inutiles et excessives. Le gouvernement indifférent au consensus général des citoyens est supposé de les servir. Le 15 juin, nos mouvements témoigne la première mort. « L’homme portant un imperméable jaune », M. Leung, tragiquement saute d'un centre commercial près du quartier général du gouvernement après avoir mis une grande bannière contre le projet de loi sur l'extradition. Le 16 juin, 2 millions manifestants, un record battu, se rendent dans la rue. Ils demandent au gouvernement de retirer la loi sur l'extradition, de libérer sans condition les manifestants arrêtés et de lancer une enquête indépendante sur les violences policières excessives employées le 12 juin.

Chronologie

  • 2019
  • 2019/06/09
    Marche géante de millions de personnes
    landing
    Début d'une mobilisation à grande échelle. Plus de 1 millions Hongkongais manifestent pacifiquement contre le projet de loi polémique sur l'extradition.
  • 2019/06/09
    Indifférence
    landing
    Le gouvernement ignore l'opposition publique. Le gouvernement incite pour que le projet de loi sur l'extradition soit présenté au vote final lors de la réunion du Conseil législatif du 12 juin, malgré les manifestations géantes sans précédent contre le projet de loi le 9 juin.
  • 2019/06/12
    Confrontation dans la rue
    landing
    Les manifestants demandent l'arrêt immédiat de la deuxième lecture du projet de loi sur l'extradition. Ignorés par le gouvernement, des dizaines de milliers de Hongkongais tentent d'empêcher les procédures législatives en entourant le Conseil législatif où des manifestants subissent les violences excessives employées par la police.
  • 2019/06/12
    Oppression
    landing
    La police utilise des violences excessives contre les manifestants pendant une manifestation pacifique. La police utilise des gaz poivre, des bâtons, des balles en caoutchouc, des projectiles en sachets et plus de 150 grenades lacrymogènes contre les étudiants non armés, des journalistes et même des secouristes. Cette manifestation est qualifié comme une émeute par le gouvernement.
  • 2019/06/12
    Rassemblement
    landing
    La police entoure dangereusement et force des manifestants pacifiques à se rendre dans un bâtiment commercial. Les manifestants dans une zone autorisée à manifester sont entourés et embusqués par la police venue des deux côtés. La police tire des gaz lacrymogènes au centre de la foule, les obligeant à s'empêcher dans un bâtiment commercial à travers une entrée étroite. Cela provoque presque une débandade.
  • 2019/06/12
    Condamnation internationale
    landing
    De nombreux ONG et gouvernements condamnent la violence imposée aux manifestants le 12 juin. Amnesty International vérifie que la police de Hong Kong envahit le droit international et les normes relatives à l'utilisation de la force le 12 juin. Les actes de police illégaux comprenaient : 1, Frapper brutalement des manifestants ; 2, Lancer des gaz lacrymogènes aux manifestants ; 3, Tirer des balles en caoutchouc aux manifestants proches ; 4, Utiliser incorrectement des gaz poivre ; 5, Empêcher la presse de faire des reportages ; 6, Bloquer des ambulances.
  • 2019/06/15
    Première mort
    landing
    Le mouvement témoigne la première mort lorsqu'un homme se suicide en manifestant contre le projet de loi sur l'extradition. « L’homme portant un imperméable jaune », M. Leung, tragiquement saute d'un centre commercial près du quartier général du gouvernement après avoir mis une grande bannière contre le projet de loi sur l'extradition.
  • 2019/06/15
    Tactiques de suspension
    landing
    Le gouvernement répond finalement au public, mais refuse de retirer pleinement le projet de loi et les accusations d'émeutes mises aux manifestants. Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif de la région administrative spéciale de Hong Kong, refuse de retirer le projet de loi sur l'extradition, mais seulement de le suspendre temporairement. Simultanément, des ordonnances internes sont données au personnel médical des hôpitaux pour divulguer les données personnelles des manifestants à la police, ce qui entraîne l’arrestation d’au moins cinq manifestants blessés dans les hôpitaux. Ayant peur d'être interpellés, certains manifestants blessés ne cherche pas à obtenir du traitement médical.
  • 2019/06/16
    Nouvelle dénonciation du peuple
    landing
    2 millions de personnes demandent le retrait du projet de loi sur l’extradition, l'enquête indépendante sur les violences policières employées le 12 juin, la libération sans condition des manifestants arrêtés et le retrait de la qualification d'émeute.
  • 2019/06/18
    Oublions jamais, pardonnons jamais
    landing
    Le gouvernement s'excuse d’avoir mal « informer » le public du projet de loi, mais décide qu’il n’est pas responsable des dommages infligés sur la société. Le gouvernement ne réagit que pour accentuer la colère des Hongkongais. Jusqu'à présent, le gouvernement ignore toujours les demandes du peuple et continue de justifier les violences policières excessives malgré la condamnation internationale.
  • 2019/06/21
    Silences sans cesse
    landing
    Le gouvernement ne fait concrètement rien pour adresser aux demandes publiques. Le gouvernement n'accepte aucune demande. Le 21 juin, des manifestants entourent le quartier général de la police et demande au commissaire de la police, Stephen Lo, de répondre aux questions liées à la brutalité policière. Les manifestants demandent également au commissaire d'expliquer pourquoi les policiers en service ne montrent pas leurs documents d'identification lors de la manifestation du 12 juin, ce qui rend impossible la plainte contre les comportements policiers.
  • 2019/06/29
    Deuxième mort
    landing
    Une étudiante de 21 ans se suicide en sautant d'un appartement. Avant sa mort, elle écrit les demandes publiques sur un mur voisin et demande aux Hongkongais de continuer à se battre jusqu'au succès.
  • 2019